Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /nfs/c03/h01/mnt/53704/domains/blog.francoismonney.com/html/wp-content/plugins/wp-post-thumbnail/wppt.php on line 372 and defined in /nfs/c03/h01/mnt/53704/domains/blog.francoismonney.com/html/wp-includes/wp-db.php on line 1199
Les accords secrets entre Guisan et la France : révélations ? | Fragments actuels

Les accords secrets entre Guisan et la France : révélations ?

Le 12 avril dernier, à Pully, à l’occasion de la commémoration du 50e anniversaire de la mort du Général Guisan, l’ambiance était à « Général, nous voilà ! ». Aujourd’hui, avec les révélations de L’Hebdo, le ton serait putôt à « Général, nous y voilà ! ».

En effet, dans son édition électronique du mercredi 16 juin – à peu près à l’heure où notre Nati achevait d’expliquer à la sélection espagnole la « recette hitzfeldienne » du « Réduit national épicée au contre-assault », l’hebdomadaire publiait, sous la plume de Patrick Vallélian, pas moins de 9 pages consacrées à la découverte par l’historien franco-suisse et spécialiste des relations militaires entre la France et la Suisse Alain-Jacques Tornare, au Château de Vincennes, au sein du Service historique de la Défense française/Département de l’armée de terre (SHD-DAT), de trois mètres de documents diplomatiques et militaires, de plans, de statistiques, de cartes, de notes confidentielles de l’armée française, de rapports d’agents de renseignement bleu-blanc-rouge sur l’état de la Confédération au début de la Seconde Guerre mondiale.

Trois mètres d’archives qui pourraient bien nous obliger à réécrire nos manuels d’histoire suisse.

Maints politiques de l’époque, et autant d’historiens depuis, ont reproché au Général Guisan ses contacts avec Walter Schellenberg - le responsable de la section contre-espionnage du service de renseignement de la SS de l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. La deuxième « casserole » traînée par le commandant en chef de l’armée suisse était effectivement les contacts entretenus, voire les accords de collaboration militaire passés avant-guerre avec la France, cela à l’insu du Conseil fédéral. Ces reproches avaient vu le jour à la suite de la prise par la Wehrmacht d’une masse de documents abandonnés dans un train à La Charité-sur-Loire par l’état-major du généralissime de l’armée française, Gamelin.
Ces archives – on parle de trois kilomètres linéaires dont 3 mètres concerneraient la Suisse – on les avait crues détruites sous les décombres fumantes de Berlin. Il n’en était rien : l’Armée rouge avait réussi à mettre la main dessus. Il faudra toutefois attendre 1990 pour qu’une historienne américaine les découvre dans les Archives spéciales d’Etat à Moscou. Ensuite, après accord diplomatique signé en 1992, retour des fameuses archives en France où le classement et l’inventaire des quelque 50 000 dossiers ne devraient intervenir qu’à la fin de 2011.

Pas de quoi retourner la tombe du Général Guisan…

Et que vont donc bien pouvoir nous apprendre que nous ne sachions ou que nous ne supposions déjà ces documents disparus de la circulation depuis la guerre ? Selon L’Hebdo qui a visité l’antre du SHD-DAT en compagnie d’Alain-Jacques Tornare : que la neutralité suisse était un mythe et que le général Guisan était prêt à mettre sous tutelle française ses troupes en cas d’agression allemande. Patrick Vallélian parle de deux « bombes ». Peut-être, mais pas d’une puissance suffisante pour retourner la tombe du Général Guisan sise au cimetière de Pully.
Au mieux, ces documents vont-ils apporter la confirmation noir sur blanc de ce que maints spécialistes de l’histoire suisse, constitutionalistes ou biographes du général avaient déjà avancé : d’abord que la neutralité suisse n’a jamais été – et ne sera jamais – une fin en soi, mais un moyen ; et ensuite que le Général Guisan, au vu de l’état d’impréparation matérielle dans lequel les politiques de l’époque avait plongé l’armée suisse, était un commandant en chef qui ne se berçait pas d’illusions sur la protection effective que pouvait offrir le statut de neutre et qu’il savait voir un peu plus loin que la borne de la frontière.


Accéder à l’article : Histoire – Les accords entre Guisan et la France | L’Hebdo


Aucun billet apparenté

URL courte: http://blog.francoismonney.com/?p=86128805

Posté par le 17 juin 2010. inséré dans Lu dans la presse. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article
  • Frédéric D.

    Hello François, puis-je te recommander la lecture du livre « Le Général Guisan et l’esprit de résistance » co-écrit par Pierre Streit aux éditions Cabédita.
    Bye
    Frédéric

    • http://blog.francoismonney.com/ François Monney

      Et zou, une entrée de plus dans ma liste « À lire » ;-)

Connexion | Designed by Gabfire themes