Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /nfs/c03/h01/mnt/53704/domains/blog.francoismonney.com/html/wp-content/plugins/wp-post-thumbnail/wppt.php on line 372 and defined in /nfs/c03/h01/mnt/53704/domains/blog.francoismonney.com/html/wp-includes/wp-db.php on line 1199
1er Août : la mauvaise date | Fragments actuels

1er Août : la mauvaise date

Au vu de l’élan d’enthousiasme débridé qui traverse Pully à pavoiser fenêtres et balcons de drapeaux suisses et de lampions rouges à croix blanche à l’occasion de la Fête nationale, j’en viens à me dire que la décision de placer un 1er août la célébration du « 1er Août » n’a, à l’évidence, pas été la plus brillante des idées de nos « pères fondateurs ».

Ils ont pensé à quoi les Walter Fürst, Werner Stauffacher et Arnold von Melchtal en s’élançant ce 1er août 1291 en direction de la pairie du Rütli (Grütli) ?
Pourtant, à la sortie du village, le petit Seppi qui passait par là a bien tenté de leur mettre la puce à l’oreille :
– « Et, vous allez où comme ça ? On est dimanche aujourd’hui… y-a pas à aller travailler sur le Rütli ! »
Walter, Werner et Arnold aimaient bien le petit Seppi. C’est lui qui, au plus chaud de la journée, venait leur refiler du cidre, aux champs, pour la soif. Surtout que Seppi le faisait en cachette de leurs femmes qui vitupéraient constamment contre leur habitude à se retrouver pompette en fin de journée et à rester jusqu’à point d’heure sur le Rütli à refaire la Suisse chaque soir.
– « Au Rütli… euh… pour prêter le serment de libérer les trois vallées… euh… de faire la Suisse, quoi…
– « De faire quoi ? »
– « La Suisse, petit ! On a passé la nuit à en composer le cantique. Et puis, on va aussi jurer de vivre et de mourir en hommes libres ! Mais, chuut, c’est un secret ! Tu le dis à personne, hein… ni à nos femmes – elles nous croient au concours de tir à l’arbalète de Küssnacht… et encore moins à cet enf… de Gessler ! »
– « Et vous espérez que les générations futures vont célébrer chaque année votre « 1er Août » ? Mais c’est trop tard, le 1er août ! Les Suisses, ils vont pas ressortir une deuxième fois leurs drapeaux. Et puis, il fait trop chaud et trop sec, le 1er août ! On n’ose même pas faire un feu pour se griller un cervelas, le 1er août. Et aussi, à partir de la mi-juillet, tout le monde n’a qu’une idée : aller se baigner à Vitznau, à Brunnen ou à Seedorf. Et en plus, cette année, c’est une année impaire… »
– « Quoi, une deuxième fois les drapeaux ?! Et c’est quoi cette histoire d’année impaire ?! »
– « Ouaip, moi, quand j’aurai créé la Nati, c’est uniquement les années paires qu’elle jouera et que les Suisses sortiront leurs drapeaux pour elle. »
– « …la quoi ? »
– « Ben, l’équipe de Suisse ! Cette question… Moi, je vous le dis comme ça, mais, entre-nous, ce serait mieux vous que alliez le prêter l’année prochaine votre serment : en 1292, disons entre le 10 juin et le 10 juillet… Là les drapeaux seront déjà dehors et les gens se souviendront encore des paroles de votre… cantique ? Tandis que le 1er août… je veux pas vous décourager, mais… »
– « Ecoute petit, t’es gentil, mais tu nous laisses d’abord, nous les grandes personnes, faire la Suisse …et on rediscutera de ton équipe plus tard ! »

Et c’est depuis-là, parce que Walter Fürst, Werner Stauffacher et Arnold von Melchtal n’ont pas voulu écouter le petit Seppi, que chaque année, en Suisse, on s’évertue à célébrer le « 1er Août » un 1er août quasiment sans drapeaux aux fenêtres, alors que c’est généralement tous les deux ans, entre le 10 juin et le 10 juillet, à l’occasion d’un Euro ou d’un Mondial de foot, que les Suisses en viennent seulement à ne plus savoir comment exprimer leur fierté pour leur drapeau.


Aucun billet apparenté

URL courte: http://blog.francoismonney.com/?p=86129343

Posté par le 1 août 2010. inséré dans A la Une, Chroniques. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article
Connexion | Designed by Gabfire themes